Cap sur la biodiversité

La viticulture, c’est de l’agriculture ! Une lapalissade qu’il est bon de formuler parfois. Nous oublions trop souvent sur nos vignobles que nous sommes avant tout des agriculteurs et, sans céder à un certain “passéisme”, que nous avons cette chance de pouvoir obtenir de la terre que nous cultivons autant de richesses. C’est en suivant ce raisonnement que nous serons encouragés à planter aussi naturellement que nos vignes des oliviers, truffiers, amandiers, figuiers, câpriers… A semer sur certaines parcelles trop généreuses pour la culture de la vigne du blé dur, du pois chiche ou de la luzerne. Evidement la biodiversité ne s’en portera que mieux et nous devrions rapidement sentir ses bienfaits. Un certain enthousiasme nous amènera peut-être tout aussi naturellement à remonter des murets en pierres sèches, à reformer des haies pour tenir les talus, à redessiner notre paysage agricole, parfois un brin monotone lorsque la vigne l’occupe tout entier.